mardi 24 mai 2011

IS IT LOVE?

Il y a quelques jours, Didier Lestrade, encore lui, publiait sur Minorités.org un petit texte où il avance l'idée que nous vivons en ce moment sur Facebook un nouveau Summer of Love, celui de l'ordinateur, « la même histoire d’amour que nous avons partagée il y a 20 ans dans les clubs et les raves », pour reprendre ses termes exacts. C'est une idée à priori aussi naïve qu'illuminée et, sur Facebook justement, elle fait beaucoup rire certains de mes friends, pour qui tout cela n'est que du délire MDMA pur jus. J'avoue pour ma part que cette fois, sans toutefois totalement partager les arguments et les envolées de Lestrade, cette vision m'interpelle plus qu'elle ne me fait marrer. Le « Summer of Love de l'ordinateur », l'avènement du « Computer Love » jadis prophétisé par Kraftwerk ? Pourquoi pas, en fait ? Le nez levé de l'ordinateur, il y a même beaucoup de signes qui confirment qu'on y est. Ou pas loin.
Lire la suite...

dimanche 8 mai 2011

45 YEARS PARTY PEOPLE



Je suis né avec les Beastie Boys. 1987, Licensed to Ill. L'année où je suis devenu fêtard. A Saint-Luc, en classe, on fantasmait une boum pareille à celle du clip de Fight for your Right et on cherchait à se procurer du Spanish Fly, douteux aphrodisiaque mexicain qui a plus de chance de couler le côté pile du slip que d'en tendre la face. Check Your Head, la putain de claque. Ca me rendait complètement dingue, au concert, je me suis même jeté dans le pogo. Après, bon... Sans être totalement nuls, les derniers albums des Beastie Boys n'avaient pas ce feu sacré qui les caractérisait jusqu'en 94-95. Intergalactic, je déteste ce morceau. Le trio semblait usé, ce qui ne parassait que normal : peut-on raisonnablement demander à quelqu'un né au milieu des années 60 d'encore rapper, surtout de cette façon hystérique et bondissante, 25 ou 30 ans après ses débuts ?
Lire la suite...