mercredi 18 avril 2012

THE AVENGERS = LES ENFOIRES


Je suis désolé, je n'irai pas voir The Avengers (qui sort la semaine prochaine). Ca me fait trop penser aux Enfoirés, ce principe de réunir des personnalités pour une bonne oeuvre, en l'occurence : sauver la Terre. Bien sûr, il y a Scarlett Johansson à la place de Mimie Mathy mais tout ce qu'il faut avoir vu de Scarlett Johansson dans la vie se trouve sur Tuxboard et j'ai déjà vu ça, rhhhaaaa ouais, j'ai déjà vu ça, ouaaaaiiiisssss, han han, j'ai déjà vu çaaaaa. Hulk est là aussi mais Hulk, c'est toujours la même chose, comme chez Jean-Jacques Goldman : il peut tout faire mais il ne faut quand même pas trop lui en demander car ce qu'il fait, il le fait surtout à sa tête. Qui est grosse. Nick Fury ? Nick Fury = Coluche, bien sûr !!! Comment dit-on « enfoiré » en américain ? « Muthafucka » ! Qui joue Nick Fury dans le film ? Samuel L. Jackson. Qui est l'inventeur du concept « very bad muthafucka » ? Samuel L. Jackson. Bref, total plan d'enfoiré, muthafucka !!!

Thor, c'est Patrick Fiori. Un type qui se prend vraiment beaucoup trop au sérieux. Notre Dame de Paris, les sagas vikings, en 2012, c'est tout aussi ringard l'un que l'autre mais ils s'en foutent, Thor et Patrick Fiori, ils continuent de se pavaner comme si ils étaient Bill Gates en personne. Iron Man/Tony Stark, c'est forcément Gérard Jugnot. Ou Kad Merad. Ou Pierre Palmade. Ou Muriel Robin. On s'en fout, c'est un comique, quoi. Restent Captain America et Hawkeye. Celui-là, c'est sûr, c'est Maxime Le Forestier. Avec son arc et ses flèches, il a ce côté hippie qui se prend pour un peau-rouge. Et Captain America ? Bon, ben, c'est Frédéric François. On le croit mort, il est toujours là. On le croit fini, il tourne toujours. Il a aussi face aux sons actuels -rock, rap, techno- cet air ahuri qu'aurait n'importe qui qui a hiberné une cinquantaine d'années sous la banquise. Donc voilà, Enfoirés, Avengers, même combat. Sauf que du côté des Avengers, les sous vont dans les poches de la Marvel, pas des charclos. 

Texte également publié sur The Comedy Office (beta)

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire