mercredi 12 septembre 2012

I AM NOT THE MESSIAH !!! NOW FUCK OFF !!!



Il y a quelques jours, toujours en réaction à mon billet sur la RTBF DJ Experience et Quentin Mosimann, une fille a balancé sur Facebook une sorte de lettre ouverte où elle appelait à travailler sur l'image de la culture alternative, « perçue souvent par le plus grand nombre comme étrange, bizarre, inaccessible, obscure ». Elle avait trouvé mon papier marrant mais peu constructif, ce qui est une critique qui revient souvent en travers de la tronche de mon taf, depuis très longtemps, et que j'assume parfaitement. Plutôt que de se moquer du grand-public, elle préférait de son côté chercher à l'« initier, lui expliquer, lui montrer, lui donner envie d'en connaître plus. » Bref, militer.

Okay, ça peut être considéré comme l'un des grands rôles d'un journaliste ou d'un chroniqueur culturel, du moins depuis que l'idée dominante est celle d'un méchant mainstream mangeur d'enfants contre lequel se battent de valeureux chevaliers wouachement zindépendants, tu vois. Trop cynique pour cela, pas assez missionnaire non plus, ce n'est vraiment pas mon trip. En fait, je me fous totalement de la culture ou du manque de culture des gens. Même si je me peux me montrer hautain, moqueur et carrément méprisant à leur égard, je garde la plus grande clémence pour l'inculture crasse des barakis, des beaufs, des cagoles et des crétins. Ils me donnent certes tous envie de mourir, parce que l'image qu'ils renvoient du monde est tout simplement infernale, mais je ne suis d'un autre côté pas franchement certain qu'apprendre aux bambins à lire Tolstoï et à jouer aux échecs dès la maternelle, comme cela a pu se voir sous certains sinistres régimes du XXème siècle, serait préférable à la liberté fondamentale de rester toute sa vie un parfait imbécile.

Comme tout le monde, à titre personnel, je pense que certaines expressions culturelles valent mieux que d'autres. Ce n'est pas quelque-chose que je me refuse à partager mais contrairement à beaucoup de confrères, à la croisade et à la conversion, soit bourrer le crâne des gens, je préfère personnellement tenter de libérer les esprits. Mon idéal, ce n'est pas un public manipulé pour aimer ceci plutôt que cela. Mon idéal, c'est un public suffisament éduqué et malin pour lui-même décider de quoi il nourrira son ciboulot et que cela soit à base de Quentin Mosimann, d'Actress ou de Bon Iver, après, je n'en ai franchement rien à foutre.

Ce que je méprise par contre avec force, l'Adversaire véritable, ce sont les systèmes. Quand se met en place un schéma qui aliène les gens, les fanatise, les rend totalement dépendants de décisions et d'emballements qui ne sont pas les leurs. C'est un système qui starifie (ou tente de starifier) quelqu'un comme Quentin Mosimann et si ce système n'existait pas, ce mec en serait sans doute toujours à faire des passes de tektonik sur un parking de supermarché. Ce qui est vomitif, c'est que dans le processus, on tire les gens vers le bas, on leur inculque de véritables valeurs de merde, on les arnaque, on leur ment. Comme vis-à-vis de tout système aliénant, la seule alternative valable, c'est le mépris et la liberté totale d'y puiser ou non son bonheur, en connaissance de cause, pas la substitution par un autre système qui serait à priori plus vertueux.

A des degrés divers, je pense que la médiatisation de Mosimann, Actress et Bon Iver fonctionne plus ou moins exactement de la même façon. Critiquer tout cela, c'est donc un tout autre trip que le très usé et pas bien passionnant « commercial versus underground » ou « ma qualité contre tes goûts de chiottes ». C'est moins une croisade qu'un travail de sape, du sabotage rigolard à la Fight Club qui cherche bien à libérer les gens, à les inviter à un très nécessaire recul mais tout en privilégiant aussi le fun et la légèreté. Et après, quand le streumon est mort ou son pouvoir de nuisance ringardisé et minimisé, ils font ce qu'ils veulent, les gens. Sans quoi ça vire totalement fasciste. Bref, comme gueulait Graham Chapman dans Life of Brian : « I AM NOT THE MESSIAH ! NOW FUCK OFF ! ». Plus qu'un film, un mode d'emploi. 

3 commentaires:

  1. j'adore ce que je viens de lire

    RépondreSupprimer
  2. Finalement, t'es pas si con que ça, Serge.

    RépondreSupprimer