dimanche 14 avril 2013

VILLE DE MERDE (1)


J'en suis venu à détester Bruxelles, complètement, globalement, cordialement. La mentalité des gens, leur façon de se comporter et même de s'habiller. Leur physique, carrément, à vrai dire (faces de garçons vachers, poupées pouffiasses). La STIB, son service indigne, sa Gestapo interne. Ce monumental foutage de gueule qu'est la politique locale. Les travaux permanents, le boucan, les lubies bobo genre « picnic devant La Bourse » ou « Madou piéton ». La disparition ou la transformation en grottes d'inintérêt profond de tous les commerces chez qui je trouvais mon bonheur. L'offre horeca, surtout : lorsqu'il y a 10 ans, j'écrivais pour Le Petit Fûté et les pages « sorties » de Zone 02, j'étais capable de citer, sans prendre le temps de la réflexion, au moins une quinzaine d'endroits estimés mirifiques où j'avais envie de me retrouver pour grailler, danser ou picoler. Aujourd'hui, il arrive que l'on prenne plus de vingt minutes pour décider d'un bête rade où boire une simple bière. Pour tout de même se retrouver au Bistro des Restos. Et pester contre le service approximatif, pas pire qu'ailleurs, et les doses d'alcool de dé à coudre des cocktails, comme partout.

Ce samedi soir à la Zufunkt (peu de monde, hipsters polysexuels habillés de noir, beaufs sportifs, Maes Pils en bouteille, musique moyenne), j'ai discuté de ça avec des gens qui n'étaient pas d'accord. Un type m'a dit que ce que j'écrivais sur Bruxelles était rigolo mais désespéré. Je ne le crois pas. Je me sens bloqué ici mais quand je me sens bloqué, cela ne m'accable pas. Je cogne, je mords, je crache mon venin, je sappe, je rigole, je cherche la sortie, des alternatives. C'est la fight, la volonté d'écraser totalement l'adversité, tout le contraire du désespoir. Un autre comparse, qui bosse à la Commission Européenne, pense quant à lui que d'ici une dizaine d'année, Bruxelles sera un mix de Washington et d'Istambul (pour son incroyable énergie jeuniste, nul racisme ici). L'Euro Bubble rajeunirait et chercherait par conséquent des loisirs plus trash et excitants que les commissaires européens au minimum quinquagénaires qui s'enferment aujourd'hui à Woluwé et Tervueren. Je ne partage pas cet optimisme. Au contraire, je vois carrément ce scénario comme relevant de l'invasion de trous de culs. Comme ça, c'est clair.

Plus rien ne me retient ici, sinon des raisons matérielles et l'ignorance totale d'un autre endroit où il me plairait d'habiter. C'est une prise de conscience bénéfique, énergisante, l'effet pillule rouge de Matrix. Cette ville est complètement nulle, moche, gérée et habitée par des ploutocrates. Elle mérite de se faire biffler et c'est précisémment ce que je propose ici, une nouvelle rubrique, Ville de Merde, bien évidemment inspirée de Vie de Merde. Vous pouvez y participer, soumettre des propositions de phrases courtes et définitives. Exemple :

14-04-2013 : Formidable quartier Brugmann/Lepoutre : cinq minutes de soleil et on ressort les frocs orange et les poussettes à trois roues. Le look Prince Laurent a de l'avenir #villedemerde


15-04-2013 : Entendu à la wasserette : Le hongrois, ça vient de l'allemand, c'est la langue de l'Empire austro-hongrois #Monsieurjesaistout #Villedemerde

26 commentaires:

  1. Merci les anti-hipsters hipsters. Vous êtes une inspiration de tous les jours. J'espère que vous continuerez à croire longtemps que vous étiez attendus, c'est jubilatoire.

    RépondreSupprimer
  2. Rien compris à ton commentaire, Olivier.

    RépondreSupprimer
  3. T'as un appart 3 pièces en enfilade, bon citoyen écoresponsable, tu as une poubelle bleue,une jaune,une blanche et une verte,qui bouffent la moitié des 50 m2. Pour t'en remercier,depuis le 1erjanvier, ils ne passeront plus te les ramasser qu'une semaine sur deux. Et amende de 65 € si, pauvre daltonien, tu te trompes dans la couleur. Ville de MERDE !!!!!

    RépondreSupprimer
  4. Parisienne d'origine(donc pétasse voire pouf selon Serge)mais exilée bruxelloise pour raisons pro (en d'autres termes "trou du cul"), je pourris tous mes talons sur les pavés et manque de m'étaler tous les mètres carrés car à Ixelles le trottoir est plus que clairsemé et que son entretien ne semble pas faire partie des priorités communales#villedemerde

    Quand tu sors du métro à Louise, que tu tombes sur un vieux tram à l'arrêt et que tu dois courir jusqu'à l'avant (avec tes concitoyens)pour en voir le numéro (92, 94 ou 97), que finalement tu t'aperçois que c'est le bon mais que les portes se sont déjà refermées et qu'il va maintenant falloir attendre 15 minutes avant le prochain. Nan mais c'est trop difficile de mettre les numéros sur les côtés? #villedemerde

    quand il neige et qu'il t'appartient avec tes chers voisins, tes petites mains et ta petite pelle, de nettoyer la neige devant chez toi. Que ni toi ni personne ne respecte cette obligation et que les trottoirs se transforment en patinoire #villedemerde

    RépondreSupprimer
  5. Bruxelles, ville de merde? Vous ne connaissez manifestement pas Montréal :)

    RépondreSupprimer
  6. A Bruxelles, Serge Coosemans peut se loger relativement décemment alors qu'à Paris et surtout Londres, avec les mêmes revenus, il serait S.D.F. ou devrait partager un espace de vie très réduit avec 7 ou 8 personnes au moins.

    RépondreSupprimer
  7. Sauf que les revenus sont plus ou moins adaptés au coût de la vie locale et qu'il y a là-bas plus d'opportunités qu'ici dans le milieu éditorial.

    RépondreSupprimer
  8. Pas faux. Pourquoi ne t'expatries-tu pas, alors ? Si tu détestes tant Bruxelles... Vas-y, tente ta chance à Londres ou Paris. D'autres bruxellois l'ont fait avec succès (Gilles Verlant, par exemple).

    RépondreSupprimer
  9. Hahaha, la vision courte de Delvaux dans toute sa splendeur ? Mais qui te dit que j'ai envie d'être le nouveau Gilles Verlant dans une mégalopole pluvieuse, déjà ?

    RépondreSupprimer
  10. De quoi as-tu envie, donc ? D'être web-chroniqueur pigiste à vie dans une ville que tu détestes ? Bonjour la déprime...

    RépondreSupprimer
  11. La seule chose dont je suis certain de n'avoir aucune envie, c'est de discuter de mon avenir avec toi, Jérôme Delvaux. Et que je dégueule ton modèle de vie.

    RépondreSupprimer
  12. Tu m'excuseras donc de bien me sentir dans la ville et de ne pas adhérer à ta sinistrose... :)

    RépondreSupprimer
  13. ... dit le mec qui a peur de dépasser le Canal, dégueule Flagey, prétend vivre du Selby Junior dès qu'il boit une bière dans un bar gay, parle essentiellement des bistrots de Woluwé 3 posts sur 4, achète ses biens culturels à la FNAC et est tout content dès qu'il rencontre quelqu'un avec qui parler de Depeche Mode ou d'Etienne Daho parce que dans le monde d'où il vient, Gembloux, c'est quasi inexistant. Ouais, je t'excuse, blaireau : pour toi c'est New York ici, normal avec ton pedigree. Comme t'as pas vu grand-chose d'autre, en plus...

    RépondreSupprimer
  14. Entre moi qui me plait dans mon cadre de vie (y compris les bars de Woluwe, certes, et alors ?) et toi qui vomit ouvertement le tiens, qui est le plus à plaindre, penses-tu ?

    RépondreSupprimer
  15. Le plouc dans un cadre de plouc qui mène une vie de plouc.

    RépondreSupprimer
  16. Quand quelqu'un dit « ça ne me plaît pas pour x, y et z raisons » et que quelqu'un d'autre essaye de convaincre cette personne que c'est bien malgré tout, sans pourtant avancer le moindre argument valable, juste en se prenant pour réferrent, le fameux « moi, j'aime bien, qu'est-ce qu'il te faut de plus ?»... c'est quoi ça, sinon un plouc ?

    Tu es le roi de la petite profondeur qui vient chicaner les gens qui ont envie de nager en mer et c'est dans ton cas d'autant plus plouc, Delvaux, que tu défends une ville qui te fait peur et dont tu ignores tout le sel, bunkerisé dans un petit monde surprotégé ringard et sans le moindre intérêt, l'idéal du bouseux de base.

    RépondreSupprimer
  17. Si je dois résumer ta pensée : tu hais cette ville, tu t’ennuies dans toutes les soirées, tu n’aimes pas les gens ni la mentalité et tu n’y as pas vraiment d’avenir dans ta branche professionnelles, mais tu ne fais rien pour partir et tenter ta chance ailleurs... Tu préfères rester, râler sur tout et étaler ton aigreur à longueur de posts. Right ?

    RépondreSupprimer
  18. Une fois de plus, je n'ai aucune envie de discuter de ma situation personnelle avec toi et elle ne te regarde par ailleurs pas le moins du monde. Si tu as envie d'apporter des arguments ou de contre-argumenter sur Bruxelles, cet espace te reste open. Si t'es juste là pour troller, fuck off.

    RépondreSupprimer
  19. grave comment cette ville pue, il n'y a rien a foutre, rien a voire qu'on aie pas déjà vu cent fois , surtout quant on y habite depuis toujours, ville de merde, de béton remplie de gens, ou de gens remplis de bétons, qu'est-ce que je me fait chier, j'ai envie de me tuer , ...bloqué dans cette ville qui pue l'ennui

    RépondreSupprimer
  20. ville de merde, la définition même de bxl, j'ai juste envie de me pendre rien qu'à l'idée de devoir y vivre.


    RépondreSupprimer
  21. Va à berlin! Mais bon, vu que tu as aussi une bonne tête de palefrenier, tu vas faire tâche.

    RépondreSupprimer
  22. Hè ramène ta fraise à Liège m'fi !
    Ca va te plaire. C'est un peu Tijuana mais avec des boulets lapins à la place des tacos. Et puis il y a le watelze crew

    RépondreSupprimer
  23. C'est vrai que si on compare bxl à Anvers, on a l'explication. Anvers impressionne dès qu'on arrive
    à la gare et surtout lorsqu'on en sort. Pour un touriste c'est la première impression qui compte
    Inutile de l'obliger à faire l'inventaire de la ville.

    RépondreSupprimer
  24. Salut serge je cuis totalement d'accord sur ton avis sur bruxelles quelle ville de merde remplis de con, triste,sale ,ennuyeuse remplis de bobos et de hipster !

    RépondreSupprimer
  25. OUI bruxelles est juste bonne à faire un investissement dans l' immobilier et se tirer ,
    ville de riches ploutocrates , banquiers et fonctionnaires , puis de clodos et de immigrés payés à 4 eur heure .

    Elle pue de toutes les odeurs de la debacle belge : quand on passe devant le Palais on pense à la question royale , quand on voit tintin on voit planer la collabration , puis tous ces congolais de la misére , maintenant les syriens au WTC ...la fausse fantaisie de la RTBF qui cache de plus en plus mal que bruxelles devient un état policier avec ses motards nazillons pour quadriller les quartiers des sous prolétaires de la mondialisation. Ville de merde en somme.

    RépondreSupprimer
  26. sans rentrer dans l'aigreur, cette ville pue en effet.

    mais c'est politique. On a tué toute l'énergie de cette ville à coup de taxes, interdictions de boire, de fumer, de stationner, de circuler (tout en ne proposant comme transports en commun qu'une grosse blague juste bonne à mettre la journée entière pour traverser la ville), on a voulu flamandiser ce qui était francophone, franciser ce qui était flamand et surtout soupoudrer l'ensemble de politiquement correct mytheux ...

    et parce que tout le monde en a marre, on devient un état policier, des militaires partout et on annule tout (ce soir c'est le nouvel an, pas de feu d'artifice, pas d'animation, restos fermés)

    ville de merde

    RépondreSupprimer