lundi 6 mai 2013

GONZOZO 2013


Chaque année, je me fais interviewer sur le gonzo, les blogs ou le journalisme précaire par des étudiant(e)s, belges mais aussi parfois français. Voici la cuvée 2013. Il me semble que je ne dis pas que des conneries mais il vous est permis de me détromper, huhu.

Est-ce que vous vous revendiquez gonzo ?
Parfois mais c'est plus un clin d'oeil, voire une provocation, qu'une véritable revendication. J'ai dans le milieu journalistique une relative réputation de gros râleur alcoolique, voire drogué, ingérable et pointilleux, donc j'ai tendance à surjouer avec ce cliché, parce que cela m'amuse et que cela éloigne les cons. J'ai beaucoup lu Hunter Thompson, il me fait bien marrer mais ce n'est à vrai dire pas du tout mon Dieu. Mes véritables claques en matière de journalisme littéraire sont plutôt George Orwell, Jack London, Ryszard Kapusinski, Michael Herr, Albert Londres ou, du côté de la littérature de voyage, des gens comme Bruce Chatwin et Paul Theroux. Je parle là en tant que lecteur. En tant que chroniqueur, mes influences sont extrêmement variées : cela va du Rapido d'Antoine de Caunes dans les années 80 à ce que déblatèrent les racailles dans le bus, en passant par le ton du Nova Magazine du début 2000 ou même les Guignols de l'Info sous Balladur. Dans ce que je publie, il y a, selon les coups, une petite pincée ou une grosse louche de gonzo, mais ce n'est pas forcément l'ingrédient principal.

Avez-vous toujours écrit comme ça ?
Si j'en ai l'occasion et la permission, oui. Mais je suis aussi copywriter et même dans la presse,
si le support se veut plus grand-public et « sérieux », j'adapte mon écriture. Je ne suis pas le Dernier des Mohicans et encore moins le défenseur acharné ou l'héritier revendiqué de quelque chapelle que ce soit.

La manière dont vous écrivez vos articles et chroniques a-t-elle été bien reçue par le public et dans les rédactions pour lesquels vous avez travaillé?
A vrai dire, je n'ai jamais vraiment cherché à le savoir. De toutes façons, je crois que la franchise de ma grande gueule et mon esprit très critique m'aliènent plus de clients et d'employeurs potentiels que la teneur ou la portée de ce que j'écris. Me foutre publiquement de la gueule d'un journaliste sur Facebook ou sur un blog m'a toujours fermé plus de portes que mes articles. Que cela soit dans les rédactions ou venu du public, j'ai entendu tout et son contraire sur ce que j'écris et, en gros, je n'en ai sincèrement pas grand-chose à foutre. Ca me fait bien sûr plaisir quand les gens aiment ce que je fais mais je dois bien avouer ressentir également souvent pas mal de satisfaction lorsque je me fais détester. Dans un cas comme dans l'autre, cela ne m'empêche pas de dormir le pouce en bouche.

Il y a des gonzos francophones que vous admirez, ou du moins que vous respectez ?
Si on s'en tient au gonzo français selon Wikipedia (http://fr.wikipedia.org/wiki/Journalisme_gonzo ), je dois reconnaître que je n'en ai pas lus beaucoup. J'ai la plus grande admiration pour le travail de Philippe Garnier et j'adorais Philippe Manoeuvre dans Sex Machine et Métal Hurlant quand j'étais ado, car il me faisait pisser de rire. Yves Adrien et Alain Pacadis, je les estime quant à eux plutôt surestimés, voire carrément nuls.

Existe-t-il en Belgique une presse gonzo, ou une presse qui utilise certains aspects du gonzo ?
Chez les Flamands, je pense... mais je ne suis plus vraiment ce qui se passe en Flandre, donc il faudrait creuser. Humo a été un putain de bon magazine, très influent, très percutant, il y a quelques années, et je suppose qu'il reste des traces de cette qualité. En Wallonie et à Bruxelles, par contre, la presse est un cadavre. Donc, à priori, non.

Est ce qu’il y a vraiment eu une presse gonzo en France et en Belgique dans les années 60-70, à part dans les fanzines ?
En France, oui, avec Actuel et la presse rock. En Belgique francophone, pas vraiment, bien que des types comme Bert Bertrand, Gilles Verlant ou même Philippe Cornet aient plus ou moins flirté avec le concept, à un moment ou un autre de leurs carrières. En Flandre, je pense que l'idée est plus diluée dans le mainstream, parce que les médias y sont généralement nettement plus influencés par ce qui se fait en Amérique et en Angleterre que du côté francophone, où on adapte plutôt péniblement les tendances françaises.

Pensez vous qu’en France et en Belgique le public est moins réceptif au gonzo que chez les Ricains?
Oui, c'est plus marginal. En Angleterre et aux USA, il y a des figures médiatiques modernes qui sont clairement gonzo, comme Jon Ronson, Louis Theroux ou ce journaliste qui a vécu un an dans le New York contemporain selon les préceptes de la Bible. Ils vendent leurs droits à Hollywood, ils sont connus, ça cartonne. C'est clairement de l'infotainment mais il n'y a rien à redire, vu que c'est fait avec talent et semble même respecter une certaine éthique. Ces mecs là sont pop, sortent des blagues, jouent avec l'info qu'ils récoltent. C'est décomplexé, à la fois marrant et informatif. A ma connaissance, on n'a pas d'équivalent notable. Ici, soit le journaliste embarque une caméra cachée pour piéger un médecin malhonnête comme si c'était le Nixon du Watergate, (alors qu'au fond, on s'en branle), soit c'est le trip Florence Aubenas qui va vivre chez les pauvres pendant 6 mois et en sort un bouquin voulu humaniste et militant, donc chiant. Louis Theroux a fait une émission de télé assez marrante sur sa vie chez des néo-nazis américains, qui les présentaient comme d'aimables abrutis. Je crois que personne n'oserait faire ça en France, mélanger légèreté et humour dans un documentaire sur un sujet pareil. Au contraire, chaque fois qu'un journaliste s'infiltre au Front National, c'est pour sortir un document « plein de vérités », blablabla, sur « le retour de la peste brune » plutôt que de royalement se foutre de la poire de ces gros cons.

Je pense que c'est une question de regard, de formation mais aussi d'hiérarchisation de l'info récoltée. Le bouquin d'Aubenas, il y avait certainement moyen d'en faire un truc bien rock and roll, rigolo et malgré tout coup-de-poing, véridique et triste, quasi gonzo donc, avec exactement les mêmes infos. Un pauvre, ça dit quand même des conneries, c'est pas toujours malin, mais c'est quasi tabou de dire ça, donc on le présente comme une victime de la société. C'est un autre storytelling que les Anglo-Saxons, un autre regard, d'autres préjugés même. Je pense aussi que le gonzo et le nouveau journalisme américains des sixties sont au fond assez mal connus chez nous, ne fut-ce que parce que pas mal de bouquins n'ont jamais été traduits, ou mal traduits, ou alors sont épuisés. Qui connaît Terry Southern en France ? Qui connaît le White Album de Joan Didion en Belgique, alors qu'il n'a été traduit, et partiellement encore bien, qu'il y 3 ou 4 ans, suite au succès de l'Année de la Pensée Magique ? Il y a une méconnaissance, une méfiance même de ce type de journalisme en France et en Belgique. C'est assez paradoxal parce qu'un grand prix de journalisme, c'est le Prix Albert Londres. Or, quand on lit Albert Londres, c'est un mec qui écrit énormément à la première personne, interroge les gens au bistrot, partage ses impressions et dans le cas de la traite des blanches ou des conditions de vie au bagne, utilise même son pouvoir de journaliste pour influencer la suite des évènements. Bref, c'est assez gonzo, même si le Prix Albert Londres récompense aujourd'hui le plus souvent des journalistes qui sont aux antipodes de sa façon de procéder.

D’ailleurs est ce qu’on peut vraiment encore parler de gonzo aujourd’hui ? Ça ne serait pas un bel anachronisme ?
Le gonzo, c'est un truc bien marrant mais mort et c'est très bien que ce soit mort. C'est de la blague, de la forfanterie bourracho des seventies. Le travail de Thompson est partagé entre des couillonnades tenant de la blague de bistrot et des articles ou des livres beaucoup plus travaillés qui s'inscrivent dans une tradition de journalisme littéraire qui remonte à London, Orwell, Hemingway, aux récits d'explorateurs et d'aventuriers, à Truman Capote. Je pense que ce qui comptait pour lui, c'était une certaine qualité d'écriture, le plaisir de lecture, la confiance dans l'intelligence du lecteur et de faire part de ses observations et de ses expériences de la façon la plus cash possible. Le gonzo, c'est la justification de la défonce et de la biture, l'emballage, rien de très passionnant. Le reste, le gros morceau, ce n'était que de journalisme nettement plus traditionnel que révolutionnaire. C'est cela qu'il faut retenir. Le gonzo plus folklorique, il faut l'updater, si on le veut vraiment : tenir compte du net, des moyens de défonce actuels, des limites du concept aussi. 

Est ce que ces mouvements de journalisme extrême correspondent à un contexte particulier? Dans les années 60-70, c’était la recherche maximale de liberté.
Ce n'est pas du journalisme extrême, c'est du journalisme réactionnaire, au bon sens du terme. Je ne pense pas que Tom Wolfe, Thompson, Didion, Norman Mailer et les autres figures du nouveau journalisme américain cherchaient la liberté maximale. Comme leurs éditeurs et les commanditaires de leurs articles, ils cherchaient surtout à se démarquer, s'amuser,  reluire leur égo démesuré dans le cas de Mailer, proposer autre chose que la merde en pot qui se publiait à l'époque. Eux, ils voulaient se la jouer Hemingway ou Truman Capote plutôt que de pisser de la copie, revenir à certains fondamentaux du journalisme, en inventer de nouveaux en phase avec l'esprit de l'époque. La presse était déjà en crise, surtout à un niveau éthique et moral. Ce n'est donc pas un hasard que l'on reparle autant de gonzo en ce moment, parce que les médias sont à nouveau en crise, d'aileurs partiellement pour les mêmes raisons. Vous sortez d'une école de journalisme avec de grandes idées et la réalité du boulot, c'est de pisser de la copie de merde. Vous avez Internet, des idées et des modèles, éventuellement de l'argent. Vous proposez dès lors un truc en réaction et comme vos potes se font bousiller par le Système décadent en place, vous avez La Rage. C'est la même logique, je pense.

Aujourd’hui, ça ne serait pas tout ce qui vient avec Internet ? Ce journalisme de brèves, la course à qui publiera l’actu en premier, mais sans la creuser plus que ça, des flux d’informations dans tous les sens, la malinformation qui se répand aussi vite que la malbouffe… Et donc une envie de journalisme plus long, plus lent, plus littéraire ?
Les mooks sont clairement une réaction au journalisme de brèves mais le journalisme littéraire n'est pas forcément gonzo. Chez XXI, je ne suis pas certain que qui ce soit en ait à foutre de Thompson, ils sont plutôt dans un trip qui descend de Joseph Kessel et Ryszard Kapusinski. Mon impression, c'est que cela ne s'oppose pas comme la malbouffe et la gastronomie. C'est plutôt parallèle. De l'info directe et mal foutue et puis, pour ceux qui veulent fouiller, du travail de plus longue haleine.

Employer la première personne, insertion vos pensées et vos opinions, langage parfois ordurier, relater ce que vous ressentez, voyez, entendez… Est ce que tout ça, ça rend l’information, le fond d’un article plus attractif aux yeux du lecteur?
Pas forcément. Mal fait et même Thompson l'a souvent très mal fait, c'est plus pénible qu'autre chose. Il faut avoir des choses à dire et toujours garder à l'esprit qu'il y a des choses intéressantes à partager et d'autres qui n'ont pas grand intérêt. Dans Limonov d'Emmanuel Carrère, je trouve par exemple les passages où Carrère parle de lui assez superflus, même s'ils expliquent très bien la fascination du bobo de base parisien pour une figure extrême. Le bouquin est génial mais ces justifications sont vraiment masturbatoires. Si un mec prend le temps d'écrire un bouquin pareil, on se doute bien qu'il est fasciné par le sujet, pas besoin de le rappeler toutes les cinquante pages, haha.

Le bon journalisme, c’est forcément celui qui sera le plus objectif?
L'objectivité dans le journalisme, c'est un débat sans fin, qui tient presque du parti-pris philosophique. Personnellement, je ne crois pas à l'objectivité dans le journalisme. Lors des attentats de Boston, j'ai entendu je ne sais combien de journalistes répéter qu'ils avaient l'impression d'être dans une zone de guerre. Combien d'entres eux connaissent la réalité d'une zone de guerre ? En quoi cette comparaison était légitime ? Un attentat à la bombe ressemble à un autre attentat à la bombe, ils auraient donc très bien pu parler de scènes comparables avec ce qui se passe dans les bus et les pizzerias israéliennes mais ils ont parlé de zone de guerre, ce qui sous-entend une action militaire, une occupation, une action planifiée et visible. Bref, parler de zone de guerre dans ce cas-là, pour moi, c'est déjà dévier de l'objectivité et ce n'est là qu'un tout petit détail repéré dans tout ce qui se dit et se lit aujourd'hui et est pourtant censé être parfaitement objectif.

En tant que bloggeur, vous pensez que le gonzo sur Internet a moins de légitimité que sur le papier?
Je ne me pose pas ce genre de questions. A partir du moment où une écriture est pertinente, peu m'importe le support. Net contre papier est un débat pour lequel je n'ai pas le moindre intérêt.

Vice magazine, c’est le digne héritage du gonzo (même si ils ne revendiquent absolument pas cette filiation)?
Vice Magazine est à bien des égards fascinant et marquera certainement l'époque mais je n'y vois absolument rien de digne. Ils sont même carrément champions pour griller des sujets en or, avec leurs articles superficiels torchés en semi-mongolien. Dire que ça descend du gonzo est sans doute vrai mais ça descend du gonzo comme Closer descend de Kenneth Anger. C'est un produit pute fait pour ramasser la maille et glorifier le néant, pas élever ou éclairer les esprits et encore moins chercher à faire avancer le journalisme. 

3 commentaires:

  1. Verlant et Cornet flirter avec le concept gonzo... Si y'a jamais eu des gens à ne rien se filer dans le cornet pour justement toujours bien discerner l'envers de l'endroit, c'étaient bien ce genre de schtroumpfs straight. Mais vous êtes trop jeune pour avoir connu ce temps, on vous pardonne.

    Alain Page

    RépondreSupprimer
  2. Flirter, j'ai dit, pas mettre le doigt ;-)

    RépondreSupprimer
  3. Y'avait des mecs qui y allaient all the way mais ils te le raconteront plus... Forcément. Des doués et des moins. Tu lisais Thompson et Buk à l'époque (tout ce que sortait Speed 17 de Metal à l'époque, en fait, pour les laborieux unilingues), ou Acid Test (pour rattraper ton retard, t'étais trop jeune). Les jeunes historiens les plus cons se tapait carrément l'imbuvable Kerouac (click clack, open up the hatchback, I could eat a bubble car or a packamack). T'avais les pragmatiques, t'avais les autres. Les gonzos, c'étaient les autres... Mais bon, dur de les citer dans une interview en effet, arf !

    RépondreSupprimer