mardi 5 novembre 2013

AUX SOMBRES HEROS

Red Bull Belgique a demandé à un jury de 100 personnalités de la nuit bruxelloise, wallonne et flamande d’élire le “meilleur album électronique belge de tous les temps”. And the winner is, à ma grande consternation, As Heard On Radio Soulwax Pt. 2, le mix sorti par les 2 Many DJ’s en 2001. Ce n’est pas que je n’aime pas cet album, à vrai dire, je le trouve même carrément terrible. Peut-on toutefois, sans risquer de passer pour un gros couillon, raisonnablement décréter que c’est là le meilleur album électronique jamais sorti dans notre pays ?

Moi, je dis que c’est nier Front 242, The Neon Judgement, Télex, Dirk Ivens et quelques perles des catalogues Crammed et Crépuscule. Peut-être même des trucs de chez Elf Cut et carrément The Subs, si on remonte moins loin dans le temps. Ce n’est pas qu’une affaire de goûts et de souvenirs. Je parle là d’albums pensés comme tels, travaillés comme tels, pas de dj mixs. Objectivement, As Heard On Radio Soulwax Pt.2, ce n’est tout de même rien de plus qu'une bonne cinquantaine de tracks, majoritairement anglo-saxons, enchaînés les uns aux autres de façon maline mais pas plus que sur une mixtape hip-hop. Rien de vraiment original donc, sinon un sens du clash stylistique contre-nature ayant fait école et restant particulièrement jouissif, je ne le nie pas.

Mais de ces morceaux, une bonne quinzaine tiennent du rock, une autre quinzaine du funk. Trois seulement sont interprétés par des artistes belges (Arbeid Adelt, Polyester et Lords of Acid) et parmi ces trois chansons, l’une est une reprise des britanniques de Public Image Limited et l’autre de Patrick Coutin, le rockeur français qui aime regarder les filles. Sans me trouver trop chichiteux, je pense que l’on peut dès lors admettre que décréter que ceci représente le meilleur album électronique belge de tous les temps est assez problématique. Surtout dans un pays réputé avoir inventé l’electro, avec l’Allemagne et l’Angleterre, mais qui ne rate ici pas une nouvelle occasion de nier l'importance de ses pionniers du secteur. Too much cafeine in your bloodstream, Red Bull?

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire