vendredi 22 août 2014

98. PAUL RUTHERFORD : GET REAL (HAPPY HOUSE MIX)

Avant Bez dans les Happy Mondays, il y avait Paul Rutherford dans Frankie Goes To Hollywood. Un autre mec qui n'avait pas l'air de foutre grand-chose dans son groupe, à part danser et accompagner les refrains, mais pourtant sans qui ça n'aurait vraiment pas été pareil. Get Real est le premier single d'une carrière solo à peu près sans aucun intérêt, qui n'a d'ailleurs dans un premier temps duré que quelques mois, autour de la sortie en 1990 d'un album vraiment anodin. Ce single, devenu un véritable classique, est pourtant une pure merveille, doublée d'un bien drôle numéro d'équilibriste entre une base acid-house vraiment mitonnée aux petits oignons, une ambiance contemplative curieusement assez ambient et le chant très séduisant de Paul Rutherford, pourtant piètre vocaliste. Autre source de grand étonnement : à la production de Get Real, on retrouve en fait nuls autres que Mark White et Martin Fry, du groupe ABC. Leur premier album de 1982, The Lexicon of Love, reste une vraie pépite de white funk symphonique, avec déjà Trevor Horn aux manettes, le producteur de Frankie Goes To Hollywood qui y testait d'ailleurs quelques idées qui feraient deux ans plus tard le succès monstre de FGTH. Mais en 1988, ABC était sur le déclin, pensant trouver dans la house le tremplin sur lequel rebondir. Or, si on peut penser à l'écoute de Get Real que le duo maîtrisait diablement ses nouvelles influences, il n'en était rien. Up, leur album de l'époque, est raté, tout comme ce qu'ils allaient ensuite encore sortir avec Rutherford. D'où cette aura de véritable miracle qui entoure Get Real, pur moment de finesse et de douceur dans un style musical non seulement un peu trop farouche pour l'équipe mais surtout fondamentalement fonctionnel et minimal, jamais censé être aussi châtoyant, paisible, zen, quasi mystique. D'où le culte durable.




Paul Rutherford, voix (chez FGTH : 1980-1987, en solo 1988-1990, à nouveau actif depuis 2010)