samedi 6 juin 2015

DA WBSKP (3)

Ma collection d'âneries du Web, volume 3 (Je veux ta veste, tes bottes et ta moto)


Alors, en juin 2015, c'est le journaliste de Vice qui demande aux éditeurs des rééditions de JG Ballard si ce dernier est un auteur accessible. « Oui, très... », répondent les gens de Tristram, alors qu'il est décédé en avril 2009. Le wtf passé, l'interview est assez rentre-dedans et marrante. On apprend notamment que beaucoup d'auteurs proposant un manuscrit disent fièrement ne rien lire, « pour ne pas être influencé » et que Bret Easton Ellis n'a pas fini de faire un tort énorme à la littérature française.


***

Moi : « Putain, y a personne qui like mon lien vers les figurines en cacahuètes sur Facebook. »
Elle : « Normal, c'est complètement con. »
Moi : « Mais non, c'est génial. Franchement, c'est hyper bien fait. C'est assez ouf quand même...»
Elle : « Mais quel gros bébé... »


***

Marina Abramovic et Ulay. Magie du temps qui passe : comment le pitch tout pourri de l'une des pires émissions du TF1 nineties (Perdu de Vue avec Jacques Pradel, 1990-1997) est devenu en 20 ans le summum de l'art contemporain émotif qui fait chouiner les Interwebs. #generationchochottes


***

Never forget : Tom Hardy, excellent (?) acteur mais cassos de première bourre.


***

Les Hell's Angels de Nouvelle-Zélande. Mourir pour la vanne ultime : « Hé Monsieur, t'as du bic sur la gueule ». Quand je m'endors un peu angoissé, je vois le mec avec son œil mort se tenir dans le coin sombre de la chambre.


***

Je veux tes bottes, ta veste et ta moto




0 commentaires:

Enregistrer un commentaire