mercredi 25 novembre 2020

LE JOURNAL DU QUINCADO (3)

Novembre 2020 -  De plus en plus souvent, je me dis que dans le boulot, il ne me reste sans doute que dix-huit mois, à peu près. Peut-être plus, trois ans. Peut-être moins, sait-on jamais ce qui se trame dans la tête de certain.e.s. Un jour, on va vouloir m'imposer l'écriture inclusive. Un jour, on va chipoter mes angles, déclarer qu'il s'y trouve des choses, évidemment banales à mes yeux, que je ne peux pas faire, que je ne peux plus faire « parce qu'on n'est plus en 1995 », et ça me paraîtra aussi con que de ne pas saler ses frites ou se mettre de l'aspartame dans le café. Un jour, on trouvera que je défend trop de livres d'hommes blancs, que je n'écoute pas assez de techno lesbienne ou je ne sais quelle connerie. On me dira que Remain in Light n'est que de l'appropriation culturelle, que Fargo et Deliverance ne sont pas très sympa avec les ruraux. Un jour, on me sucrera une bonne grosse pique bien méritée lancée à une personnalité politique au motif que cela pourrait donner envie à certains de l'insulter sur Twitter, que cela pourrait provoquer des raids de trolls et du harcèlement en meute. Bref, un jour, il y aura grosses lassitudes et clashs définitifs.


On n'y est pas encore et aucune des personnes pour lesquelles j'ai l'habitude aujourd'hui de travailler ne m'a encore trop l'air dans ce genre de trip « post-moderniste 2.0 ». Mais on y viendra sûrement. Il ne suffirait que de quelques remplacements à la tête de quelques médias.Toutes ces conneries « woke » sont de toutes façons déjà là et bien là, en train de ronger lentement mais sûrement les esprits, en train de doucement les subvertir. Dans trois ans, dix-huit mois, peut-être moins, le genre de travail que je fais, de la façon dont je le fais, sera juste impossible. C'est ce que je me dis, du moins. Mais peut-être que je me fais juste un mauvais film ? Son titre : Le Reich de la Tartiflette. Précision utile : ça ne me fait pas peur. Aujourd'hui la culture « woke » est un bon sujet de rigolade et d'indignations. Quand le Reich de la Tartiflette sera installé, en revanche, je l'ignorerai. Vous n'aurez pas ma haine, haha... Juste mon plus profond mépris. Sous le Reich de la Tartiflette, il faudra donc juste que je me réinvente professionnellement, ce qui ne me dérange absolument pas. Parce que je n'aurai de toutes façons aucune envie de m'accrocher en me rongeant de l'intérieur, de me soumettre comme une grosse merde ou, au contraire, d'entrer en résistance en rejoignant l'autre camp, tout aussi lassant. Sous le Reich de la Tartiflette, je n'écrirai ni pour, ni contre les « sujets porteurs », c'est-à-dire les cheveux bleus, les anneaux dans le nez, la bienveillance inclusive et le banana-cake.


J'aurai la cinquantaine bien tapée et ce sera donc le bon moment pour aborder de vrais sujets de vieux, comme les bains de forêt, la vie après la mort, le goth du XIXème siècle, Neil Young, Ostende en novembre, la descente testiculaire et le rétro-gaming eighties. Il y aura forcément un public pour ça, pour cet escapisme, vu que tout le reste sera vampirisé par les évangiles des uns et les hérésies à ces mêmes évangiles des autres. Par du cirque pétomane à la Hanouna. Dans trois ans ou même dix-huit mois, je pense en effet que le contenu de vos magazines ressemblera fort à ce qui agite Twitter aujourd'hui et à la mauvaise télévision qui s'en inspire. Tout ce trip « elle a sorti deux chansons sur Spotify, quelle génie ! », toute cette merde « Madame la Députée vous photographie sa pizza préférée sur Instagram, prière de ne pas rire ». C'est vers ça qu'on va, tout le monde le sait et il n'y a pas grand-chose à faire pour tenter de faire dérailler ce train-train fou. Mieux vaut donc déjà se construire ses propres nouveaux codes et se renouveler son propre stock d'intérêts. S'aménager le bunker mental. Bref, si je n'ai pas du journalisme culturel une brillante vision d'avenir, je crois qu'à titre personnel, ça ira. Comme quoi, l'empouvoirement et croire en soi, ce n'est pas réservé qu'aux dodues velues.


Lire la suite...

mercredi 26 février 2020

LE JOURNAL DU QUINCADO (2)


Février 2020 - J'ai souri tout le long de Parasite comme un connard de papa barbu devant son mongoloïde de gosse qui serait passé du tricycle prometteur aux cabrioles en VTT. Un peu fier mais un peu emmerdé aussi, parce que me foutant au fond pas mal du VTT. Les films contre les riches, la lutte des classes au couteau de cuisine, ça commence à bien faire après la nullité Joker.
Lire la suite...

mercredi 5 février 2020

LE JOURNAL DU QUINCADO (1)


FIN 2019 – DEBUT 2020 Alors que j'avais surtout envie d'écrire sur une attaque d'araignées géantes, Alan Moore, Northampton, le groupe Love & Rockets et cette fameuse « production FM » de 1985-1986 qui faisait sonner bazouf tous les groupes post-punk anglais dans le seul but de percoler le marché américain, Quentin Jardon du magazine Wilfried m'a proposé de me charger d'un portrait de l'ex-ministre Carlo Di Antonio...

Lire la suite...

mercredi 27 novembre 2019

AFFAIRE POLANSKI : J'ACCUSE PARTOUT, JUSTICE NULLE PART




Ca aurait sans doute clôturé en beauté une année riche en nawak : j'ai été invité à débattre avec des féministes en décembre autour des affaires Polanski et puis... l'idée a été enterrée. J'étais pourtant prêt, carrément chaud, j'avais même pris des notes, histoire de ne pas dire trop de conneries. Les voici proprement ordonnées et démerdez-vous avec ça !!! Moi, je retourne à The Mandalorian et Watchmen !
Lire la suite...

mercredi 27 février 2019

RIP MARK HOLLIS, TORPILLEUR D'UNE CARRIERE DANS LE ROCK WALLON


J'ai énormément écouté The Colour of Spring et Laughing Stock, les deux chefs d'oeuvre de Talk Talk (un peu moins Spirit of Eden et l'album solo de Mark Hollis) et j'ai une admiration sans borne pour ce genre d'artistes qui font d'abord de la pop avant de s'essayer à des choses drôlement plus aventureuses.
Lire la suite...

samedi 16 février 2019

BEAM ME UP TOO, SCOTTY!





Ce jeudi 14 février 2019, le compte Facebook du défunt magazine RifRaf (1994-2016) a été réactivé le temps d'y publier une chronique assez gratinée et faussement anonyme sur Myriam Leroy. On peut la trouver gratuite et déplorable, on peut aussi la trouver drôle et pertinente.
Lire la suite...

mercredi 13 février 2019

ALORS, ON DANSE ?


Si on en croit certain.e.s, je serais une Ligue du LOL à moi tout seul. C'est une accusation à peine masquée qui traîne sur Twitter et il y a d'autres trucs qui vont dans ce sens qui me reviennent depuis trois jours. Je vous arrête tout de suite.

Lire la suite...