mardi 28 mai 2013

SHEEPS ON BUZZ



Je n'en peux plus de la culture buzz. En début d'année, je suis parvenu à me disputer avec ma petite amie de l'époque au sujet du Gangnam Style, sur lequel je n'avais aucun avis, sur lequel je me refusais d'avoir un avis, sinon que c'était encore pire que le pire des lolcatz. Elle a trouvé le boycott chié, prétentieusement élitiste, et pas non plus très logique venant d'un chroniqueur dont une bonne partie des activités médiatiques consiste justement à repérer certains buzz et à émettre un avis dessus. On s'est bien pris la tête. Un peu plus tard, quand tout le monde s'est mis à déconner avec Harlem Shake, mon seul désir, c'était de coller cette musique de nazes sur des images de gens qui marchent tranquillement dans les rues de Tel-Aviv ou de Bagdad et puis une bombe explose et ils se transforment tous en charpie et c'est la panique totale. Le Harlem Shake définitif, selon mon sens de la provoc.

Daft Punk, c'était différent, vu que je milite contre depuis tellement longtemps, j'avais mon mot à dire. Et puis, voilà Stromae et là, j'ai juste envie de déménager dans l'Himalaya. Je m'en contrefous de Stromae, pourtant. Je ne le trouve pas scandaleux, ni même dénué de talent, mais ses affaires ne me parlent pas du tout. C'est de la variété française, faut laisser ça à 50 ° Nord. Moi, je me spécialise dans le catalogue Born Bad. Je n'en pense dès lors rien et je n'ai rien à en dire. Je n'ai à vrai dire surtout pas envie d'en penser quoi que ce soit. Parce que le temps que je pourrais accorder à Stromae est du temps perdu pour autre chose. Seulement, voilà, il se fait que Stromae s'invite dans ma conscience au pied-de-biche et je le vois donc forcément comme un intrus, un voleur de temps. Ca pourrait chier mais j'ai assez de recul pour reconnaître que ce n'est pas Stromae, l'ennemi. C'est le buzz.

On est peut-être à un tournant. Je n'en sais rien. J'aimerais que cela soit le cas. J'aimerais même contribuer au renversement complet de cette façon dont fonctionnent actuellement les médias et les réseaux sociaux. Gangnam Style, Harlem Shake, Daft Punk et Stromae, c'est carrément l'overdose, et ce n'est pas du tout une simple question de goût de ma part. Le rejet du buzz serait identique si se propageaient de la même manière des choses que j'aime. Parce que moi, je fonctionne encore et toujours sur le bon vieux principe de la prescription. Que ce soient des coiffeurs comme le gars de Cut Me et ses conseils post-punk de oufs, des amis, des magazines, des sites ou des blogs, j'écoute les recommandations culturelles de gens que j'estime calés dans leurs domaines et il n'est d'ailleurs jamais certain que l'on soit totalement du même avis. C'est le bon et sain vieux principe du bouche-à-oreille et il n'a strictement rien à voir avec des emballements médiatiques incontrôlables où tout le monde aime la même chose et a un avis voulu définitif sur le sujet le plus vite possible par crainte d'être une demi-seconde en retard sur la concurrence et de passer pour un débile réactionnaire sur Facebook et Twitter. Le bouche-à-oreille est une transmission de savoir, le partage des bons plans. Le buzz, c'est du personal branling collectif, l'équivalent on-line du virus de la tremblante du mouton. Pas besoin d'un dessin, ni de lignes supplémentaires à ce billet. Je pense que l'on sera tous d'accord, mis à part quelques nazes communiquants, sur le fait qu'il est plus que temps d'y trouver un vaccin. Formidable, non, le challenge?

0 commentaires:

Publier un commentaire