vendredi 15 mars 2013

BOWIE MAIS NON...




Je suis assez sidéré par la bouffonnerie sidérale que donne à entendre David Bowie sur The Next Day. Je crois que c'est l'un de ses disques les plus mauvais de sa carrière, avec Never Let Me Down et Reality. Peut-être est-il même pire ? LE PIRE ? Fondamentalement, c'est un truc de parfait has-been, de mec qui aurait du arrêter en 1985 (sur Absolute Beginners, sa dernière vraie merveille, mis à part Little Fatman, sa chanson dans The Extras, haha). The Next Day cartonne alors qu'il est tout aussi pitoyable et anodin que le dix-septième album des Stranglers sorti l'an dernier ou le So, Who's Paranoid ? des Damned de 2008. C'est kif-kif, du piètre travail d'anciennes idoles dans la panade. On a aimé ces mecs parce qu'ils sonnaient différents, dangereux, qu'ils présentaient un certain challenge intellectuel et même moral, qu'ils charriaient des plaisirs interdits, nous emmenaient dans des mondes inconnus, nous liaient à des arts, des personnages et une littérature excitants. En plus de sonner d'enfer. Après une telle fiesta dans les cages à miel, un tel retournement de cerveau et de coeur, who gives a damned flying fuck de leurs envies FM ? De leurs trucs de vieux clowns calés sur leurs vieilles blagues d'un autre siècle ? Des raisons fiscales pour lesquelles ils sortent encore des disques ou, dans le cas de Bowie, combien de plans sociaux la sortie de The Next Day évitera au petit personnel de Columbia ? Ce que j'aime chez Bowie, je le trouve aujourd'hui chez Matthew Dear et MGMT. Ce que j'aurais aimé du vieux Bowie, c'est qu'il joue dans Inception, davantage au théâtre, fasse peut-être un peu plus de trucs avec David Lynch, embarque un orchestre contemporain, Pantha du Prince ou Gonzales, prenne des risques de dandy, soit curateur d'une ATP, enregistre des audiobooks d'Orwell. Vieillisse bien, en d'autres termes, en toute élégance, comme Scott Walker, idole et néanmoins rival, et non pas comme un énième gros connard de baby-boomer sarkozyste incapable de raccrocher, se singeant jusqu'à sentir la vieille banane. J'ai autant de douleurs à l'oeil que si il y était collé une sucette et d'aigreurs à l'estomac que si je digérais le sperme à Mick Jagger quand je lis que David Bowie bataille aujourd'hui pour la tête des charts avec... Jon Bon Jovi. Ambiance « dernière panne à caca de libre» au service gériatrique. Je pense surtout que lorsque l'on a été rival de Roxy Music et T-Rex au zénith de leurs grâces et de leurs génies, disputer le sèche-cheveux à Bon Jovi, ça tape la honte du millénaire. Bien qu'un mec qui greenlighte une pochette aussi wtf que celle de The Next Day doit en fait être totalement insensible au sentiment de honte. (Non mais allô, quoi ? T'es graphiste et tu te permets ça ? Allô ?). 

0 commentaires:

Publier un commentaire