mercredi 6 mars 2013

ABOULE UN PEU UN CLOPE, DIS...



Je n'avais jamais entendu parler de Mick Farren avant de croiser un exemplaire de son autobiographie, Give The Anarchist A Cigarette, mis en avant sur un présentoir de Heffers, la grande librairie de Cambridge. Il faut savoir une chose importante, c'est que malgré sa réputation de havre de lumières et de sciences, Cambridge, c'est la province britannique dans toute sa banale et grise horreur, avec ses magasins d'anoraks et de petits pulls à la Jean-Pierre Bacri, les pochetrons au pub et les salons de thé blindés de sosies de Martha Stewart. Les colleges et l'université attirent du monde, c'est aussi un pôle important dans la production de jeux vidéo, mais pour le reste, c'est une ville minuscule à peu près sans aucun intérêt, certainement pas touristique. Comme souvent dans ce genre de cas zéro, un certain sens poussé du régionalisme fait que les habitants tentent de faire rayonner la réputation de leur  trou à rats par des chemins aussi tortueux que souvent maladroits.

Mick Farren est né à Cheltenham et a passé l'essentiel de sa vie à Londres, New-York et Los Angeles. Son seul rapport avec Cambridge, vu que je ne suis même pas sûr qu'il y ait un jour foutu un pied, c'est que certains de ses amis musiciens ont un moment joué avec Syd Barrett. Le premier chanteur de Pink Floyd est quant à lui carrément la grande icône rock de Cambridge, où il a vécu une majorité de sa vie. Evidemment, Barrett a surtout vécu à Cambridge largué du monde réel, le cerveau grillé, reclus dans la maison de ses parents  durant des décennies entières. Quand Barrett était un dieu vivant de la pop, il n'avait plus aucun rapport avec la ville et si l'abus de LSD n'avait pas grillé ses neurones, il n'y serait sans doute jamais revenu. Je me demande dès lors toujours pourquoi quelqu'un du personnel de Heffers a cru bon de placer la bio de Farren sur un présentoir mettant en avant des gens qui sont nés à Cambridge, y ont vécu ou étudié.


Enfin soit. Le bouquin est extrêmement drôle, ce qui est assez rare dans la littérature rock pour être souligné, et ce qu'il raconte des sixties est de nos jours largement méconnu, donc forcément plus passionnant qu'un énième radotage sur les Beatles ou Led Zeppelin. Durant les années hippie, ce Farren était une figure de l'underground britannique mais malgré l'abus de drogues hallucinogènes et de petites pépées, il n'est pour ainsi dire dans ce livre jamais question de peace & love. Au contraire, ce qu'il raconte de la décennie 1964-1974 tient carrément de l'épopée punk. La drogue rend parano, les concerts tournent mal, le bad trip est quasi continu. Farren monte un groupe, The Social Deviants, qui galère et dont le split pathétique au Canada préfigure la démise miteuse et camée des Sex Pistols, plus tard, à San Francisco, en 1978. Les magazines pour lesquels il écrit collectionnent les procès pour obscénité. Il y a des bagarres, avec des mods, des bikers, des flics, pour ainsi dire la société toute entière. Il y a vraiment un souffle vénéneux et hargneux dans ce bouquin qui donne une idée bien différente de celle généralement admise de ces années là. On en ressort surtout avec l'idée que quelle que soit la « révolution » musicale en cours, on y retrouve toujours les mêmes ingrédients. Pas besoin de kiffer le Floyd et Soft Machine pour apprécier Give The Anarchist a Cigarette, donc. Un punk ou un raver peut très facilement également s'y retrouver. Moi, en tous cas, j'ai kiffé grave. 

0 commentaires:

Publier un commentaire