mardi 6 mai 2014

SPARKLES IN THE RAIN



Un jour, on écrira une fable sur The Horrors. Cette histoire est faite pour : des corbeaux qui semblent devenir aussi gras que des bœufs, des types qui à force d'explorer le puits sans fond de la new-wave "héroïque" finissent par s'y perdre. Luminous, le nouvel album, porte très bien le nom de ses auteurs : c'est une véritable horreur. On disait de ces mecs qu'ils se réinventaient à chaque LP, c'est un peu facile. La véritable cassure date de 2009, quand ils ont laissé tomber le rock gothique garage pour la sophistication néo-eighties de Primary Colours. Depuis, ils n'ont fait que creuser cette veine parfois bien douteuse et le résultat est à chaque coup un peu plus pompier, un peu plus mou, un peu plus vain. Pourtant, je n'arrive toujours pas à détester ces mecs, ni même à les trouver mauvais. Ce n'est pas que je continue à y croire mais je continue à collectionner ce qu'il y a à sauver de leur catalogue. Sur l'avant-dernier, c'était Endless Blue et Moving Further Away. Sur celui-ci, c'est The First Day of Spring et In & Out Of Sight. Ajouté à The Sea Within a Sea et à la reprise de Frankie Knuckles, ça nous fait presque un album. Celui-là est très bon, très classe, troublant et terrible.

Le mieux avec The Horrors, c'est encore leurs sélections musicales :



0 commentaires:

Publier un commentaire